C’est la raison essentielle pour laquelle le GRID, conscient de cette lacune, largement soulignée par la direction des partis potentiellement partenaires, a décidé de se retrousser les manches en travaillant activement sur un nouveau projet de société innovant.

En réordonnant les priorités tout va devenir plus simple. Nos partenaires potentiels seront bien obligés de faire de même, d’avancer leur vision. C’est uniquement sur cette base que nous pourrions trouver un accord durable et compréhensible, comme le demandent les citoyens. C’est ainsi que nous pourrons travailler dans la durée.

Le plus important est le projet, pas l’équipe qui en découlera tout naturellement. Ce n’est pas tant les appareils des partis politiques qui peuvent faire évoluer les mentalités et les réflexes identitaires, c’est la convergence ou non du projet pour notre pays comme pour notre planète.

Il est évident ce projet doit être capable de rassembler des hommes et des femmes en désespérance de la politique, mais aussi constatant l’incapacité chronique des partis dont ils se sentent proches à revoir leur logiciel et à prendre en compte les exigences du monde tel qu’il bouge aujourd’hui.

Se précipiter dans les bras de tels ou tels ne serait qu’une fuite en avant marquant la vacuité des idées ce qui ne ferait que conforter le projet actuel de la France.

Genneviève Bouché, Serge Brière, Julien Chambolle, 
Catherine Créhange, Gabriel Dagorn, Christian Delom, 
Anne-Sophie Godfroy, Martial Guillet, Gaëtan Konieczny,
Gilles Lacan,  Th. Mercier, Antonin Moulart, 
Laurent Schumacher, et Jacques-Henri Strauss