• Les premiers, les plus nombreux, aspirent à plus de démocratie interne. Ils ne craignent pas les effets d’une campagne interne, car ils pensent que derrière des leaders incontestés on se bat mieux.
     
  • Les seconds, moins nombreux et légèrement devant dans le sondage, redoutent les effets que les primaires pourraient avoir sur la santé du Mouvement. C’est également compréhensible, et tout à leur honneur.

Tous aspirent à construire le grand parti démocrate que nous appelons de nos vœux.

Dans le restect du vote souverain du Congrès de Villepinte, il convient :

  1. de consulter au plus vite les militants sur les 5 ou 10 premiers candidats de chaque liste par département, le cas échéant sur plusieurs listes ;
  2. de préparer les avenants correspondants à proposer lors du prochain Congrès (Arras) les corrections aux RIN nécessaires, pour que cette question soit tranchée une fois pour toutes.

À défaut d’être parfaite, cette démarche pragmatique permettra à court terme  de concilier au mieux les intérêts du Mouvement et les aspirations de ses militants.