09nov.

Identité nationale : l'arbre qui cache la forêt

marianne.jpg Mon professeur de philosophie nous avait mis en garde: quand on parle trop d'une chose, se méfier. Cela signifie que l'on est en train de la supprimer ou qu'elle est déjà morte. Se méfier des "démocraties populaires" qui ne sont ni démocraties ni populaires, se méfier des régimes qui vantent la liberté de la presse, c'est qu'ils sont en train de la réduire, se méfier des gouvernements qui défendent subitement l'égalité des chances, c'est que les inégalités s'accroissent. Se méfier donc de ceux qui prétendent défendre l'identité nationale, c'est qu'ils sont en train de l'attaquer.

Lire la suite

31août

Cumul ou parenthèse

Pendant que les traders tentent de justifier leurs bonus, les partis politiques tentent de justifier leurs manœuvres en matière d’alliance.


Face aux logiques les plus scabreuses, le citoyen se dit, sans trop comprendre, que tout cela est bien trop compliqué pour être honnête.

Effectivement, la classe politique en place au parlement est composée pour une large part de professionnels du mandat électoral.

Perdre un mandat signifie perdre des revenus… et bien plus encore. Il est donc facile de comprendre l’agitation de ces hommes et ces femmes, engagés dans des luttes terribles, car en politique, la valeur passe après le culot tout comme le court terme l’emporte sur le moyen terme.

Pendant ce temps là, les vraies questions restent en dehors du débat. Par exemple celle-ci : la France dérape, est-ce la fin de son histoire prospère ?… Tout comme Rome s’est délité sous la haute autorité d’une supposée classe dirigeante incapable de comprendre le nouvel environnement social et économique qu’elle avait elle-même laissé s’installer.

Lire la suite

19août

Tissu d’entreprise : de l’étoile au réseau

On a tout essayé

Notre tissu d’entreprises principalement industrielles se meurt. Tous les experts de la recherche, de l’innovation, de la finance et bien d’autres ont été consultés. La classe politique et syndicale a donné ses recommandations inspirées des bonnes pratiques des continents voisins. Ce qui résulte de leur consensus a été suivi. Néanmoins, le désespoir gagne du terrain chez les travailleurs et les entrepreneurs.

Nés dans la douceur de l’état providence, les hommes et les femmes en âge de travailler ne rechignent pas à la tâche : ils sont cependant empêchés de travailler. Et pourtant, ils ne manquent pas d’idée : les investisseurs reçoivent chaque année de plus en plus de projets dans lequel ils pourraient investir.

Le décalage entre le désir d’entreprendre et l’économie encalminée donne à penser que quelque chose cloche dans notre approche. Une analyse de ce qui a changé depuis les années 70, lorsque les premiers signes inquiétants ont commencé à poindre, permet d’éclairer la mutation qui s’opère. Elles sont profondes, irréversibles et détraquent notre système de gouvernance.

Lire la suite