Mot-clé - institutions

RSS Fil des billets - RSS Fil des commentaires

15mar.

À la sortie de la messe, on achète des gâteaux !

Muffin.jpg

« La messe est dite : 18 %, 8 %, 4 % … Le prêche ne vaut plus rien. Il n’empêche, la messe est dite et nous pouvons aller acheter les gâteaux qui, au dessert, orneront la table familiale du dimanche. »

Ainsi s’exprimait François Bayrou lors de son intervention, pour le moins décalée, hier soir.

Le résultat de Jean Lassalle offre, à cet égard, un contraste saisissant : l’un pense à un parti sans militants, l’autre fait confiance à une pratique politique faite dans la durée, la conviction et le respect de tous : militants comme électeurs.

Un grand merci à ceux qui ont fait du bon travail. Les 4,28 % obtenus appellent un salut respectueux vis-à-vis de ces femmes et de ces hommes qui ont fait de leur mieux en dépit des conditions extrêmes dans lesquelles ils ont été placés … même la froidure s’en est mêlée !

La démonstration est ainsi faite que le savoir faire est encore présent au sein de notre formation politique. Ils vont en être la souche du renouveau.

Lire la suite

09nov.

Identité nationale : l'arbre qui cache la forêt

marianne.jpg Mon professeur de philosophie nous avait mis en garde: quand on parle trop d'une chose, se méfier. Cela signifie que l'on est en train de la supprimer ou qu'elle est déjà morte. Se méfier des "démocraties populaires" qui ne sont ni démocraties ni populaires, se méfier des régimes qui vantent la liberté de la presse, c'est qu'ils sont en train de la réduire, se méfier des gouvernements qui défendent subitement l'égalité des chances, c'est que les inégalités s'accroissent. Se méfier donc de ceux qui prétendent défendre l'identité nationale, c'est qu'ils sont en train de l'attaquer.

Lire la suite

31août

Cumul ou parenthèse

Pendant que les traders tentent de justifier leurs bonus, les partis politiques tentent de justifier leurs manœuvres en matière d’alliance.


Face aux logiques les plus scabreuses, le citoyen se dit, sans trop comprendre, que tout cela est bien trop compliqué pour être honnête.

Effectivement, la classe politique en place au parlement est composée pour une large part de professionnels du mandat électoral.

Perdre un mandat signifie perdre des revenus… et bien plus encore. Il est donc facile de comprendre l’agitation de ces hommes et ces femmes, engagés dans des luttes terribles, car en politique, la valeur passe après le culot tout comme le court terme l’emporte sur le moyen terme.

Pendant ce temps là, les vraies questions restent en dehors du débat. Par exemple celle-ci : la France dérape, est-ce la fin de son histoire prospère ?… Tout comme Rome s’est délité sous la haute autorité d’une supposée classe dirigeante incapable de comprendre le nouvel environnement social et économique qu’elle avait elle-même laissé s’installer.

Lire la suite