07déc.

21e lundi démocrate avec Isabelle TALABART-PIOT

13370_1270095226042_1039701256_30837832_5042974_n.jpg

Les "franchises solidaires" contre la crise: imaginer d'autres façons de créer de la richesse et des emplois pérennes

Lundi 13 décembre 2010 de 19:30 à 21:30
Café Horse's Tavern (1er étage)
Carrefour de l'Odéon - 75006 Paris
Métro Odéon

Lire la suite

25déc.

Pauvreté : qui s’en soucie ?

C’est sans aucun doute le combat de ce siècle.

Ne pas disposer d’un logement digne.

Ne pas manger tous les jours  à sa faim.

Ne pas avoir assez d’argent pour ses enfants, pour leur joie comme pour leur éducation.

Avoir peur du lendemain.

Ne pas pouvoir construire sa vie dans la durée.

Etre ballotté par les services sociaux.

Ne pas pouvoir partir en vacances…

La liste est longue. Elle n’est pas nouvelle et elle s’incruste dans notre paysage.

Au delà de l’injustice de la pauvreté qui s’accroît inexorablement, notre société est en train de ressusciter l’indignité de ne pas pouvoir vivre de son travail.

On nous dit que la croissance et la reprise vont résoudre tout cela.

C’est archi faux car notre société est structurellement organisée pour que la valeur s’accumule dans les mêmes mains. Pour que la richesse se stocke sans être nécessairement réinvestie.

Lire la suite

04déc.

Arras 2009 : note d'orientation du GRID

Cliquez ici pour télécharger la note d'orientation du GRID

Ceci est l’ébauche d’une vision à 10 ans du projet de société dessinée au GRID.

Si vous souhaitez contribuer et participer à ce travail collaboratif, envoyez un email à l’adresse suivante : contact[at]legrid.fr .

 

15nov.

Pour le GRID, le projet, rien que le projet, tout le projet

A l’heure où nous devrions nous concentrer sur l’essentiel, la préparation de notre congrès d’Arras, ce week-end a été marqué par des initiatives médiatiques qui ne sont pas d’actualité.

D’abord la rencontre de Dijon qui se voulait œcuménique a été transformée en cirque médiatique, pire elle a donné lieu à l’affrontement de deux personnalités socialistes pendant que nos représentants, certes navrés, tenaient la chandelle. Nous voyons bien que cette voie est aujourd’hui plus qu’étroite, elle n’est pas facilement praticable du fait de l’immaturité des partenaires potentiels. Nous l’avons déjà dit c’est d’abord par l’affirmation d’un projet, puis par sa confrontation avec celui d’autres formations que nous serons audibles et crédibles. Le désarroi économique et social auquel nous sommes rendus fait qu’une tête connue en politique sans bilan crédible ne saura séduire ses fidèles électeurs sans une équipe ayant une réelle capacité de propositions réalistes, éclairées par des expériences de vie réellement vécues par nos concitoyens.

Une autre initiative, le lancement du club Terre Démocrate, si elle peut paraître sympathique, n’en est pas moins déroutante, en dépit de notre réelle affection pour Corinne Lepage. Ce club a vocation à se rapprocher d’Europe-Écologie. Il allie des personnes qui ont tourné le dos parfois avec fracas à notre mouvement ou qui s’apprêtent à le faire, à des personnalités éminentes du monde scientifique et judiciaire. Sa feuille de route est encore à construire, est-ce une écurie électorale pour les régionales ? Ou bien réellement un cercle de réflexion au service d’un projet national ? Dans ce cas apportera-il ses réflexions à notre mouvement ? A d’autres formations politiques ?  Comment un club qui annonce sa dissolution prochaine (dans un an) comme préalable pourrait-il garantir une pérennité de l’action nécessaire au changement profond que son projet politique prétend annoncer ?

Lire la suite

26oct.

Le MoDem revient à l’esprit de 2007 : il était temps

Par Christian Delom, Conseiller national

J’ai participé comme mes collègues au dernier conseil national de notre mouvement.

Voici les conclusions que je peux en tirer.

•    Côté projet, le compte n’y est pas encore.
•    Côté politique le réalisme revient.
•    Côté avenir, nous avons besoin plus que jamais d’une vision

Côté projet, le compte n’y est pas encore.

Un document de synthèse produit par le siège a été distribué à l’entrée de la séance.  

Le préambule de François Bayrou est réussi, enfin il n’est plus question d’avoir l’œil rivé sur le rétroviseur mais de s’intéresser au quotidien et  à l’avenir de nos concitoyens.

Le chapitre sur les valeurs est également prometteur.

Le côté rassurant est de voir écrit sur toutes les pages « document de travail ».  Le côté moins rassurant est d’entendre des collègues congratuler les auteurs sur la qualité du document alors même que nous n’avions matériellement pas eu le temps de le lire. Cirer les pompes est un métier bien rodé, mais, « chers amis », vous vous trompez de siècle, de combat et d’objectif. Faire plaisir au Prince, ce ne doit pas être un comportement démocrate, non ? D’ailleurs faut-il un prince ou un garant de la Démocratie et de la cohésion nationale ? Pour moi c’est tranché.

Il reste beaucoup de travail, si quelques points solides sont fixés, d’autres manquent encore. Les « plumes » officielles se contentent de bonnes généralités … pour l’instant. C’est pourquoi il faut se mobiliser.

Le travail des commissions, très dense, riche d’intéressantes innovations, manque à l’appel. Pourquoi ? Nos militants foisonnent d’idées. Les contributions des commissions sont plus travaillées, plus partagées, plus riches. Il faut impérativement s’en servir.

Lire la suite

- page 1 de 3